Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'atelier du Lys Rouge: marines et nocturnes
L'atelier du Lys Rouge: marines et nocturnes
L'atelier du Lys Rouge: marines et nocturnes
L'atelier du Lys Rouge: marines et nocturnes
L'atelier du Lys Rouge: marines et nocturnes
L'atelier du Lys Rouge: marines et nocturnes
L'atelier du Lys Rouge: marines et nocturnes
L'atelier du Lys Rouge: marines et nocturnes
L'atelier du Lys Rouge: marines et nocturnes
L'atelier du Lys Rouge: marines et nocturnes
L'atelier du Lys Rouge: marines et nocturnes
L'atelier du Lys Rouge: marines et nocturnes
L'atelier du Lys Rouge: marines et nocturnes
L'atelier du Lys Rouge: marines et nocturnes
L'atelier du Lys Rouge: marines et nocturnes
L'atelier du Lys Rouge: marines et nocturnes
L'atelier du Lys Rouge: marines et nocturnes
L'atelier du Lys Rouge: marines et nocturnes
L'atelier du Lys Rouge: marines et nocturnes

Philippe Alphé est né en janvier 1949 et passe son adolescence autour de la place du Tertre à Montmartre. Il développe sa technique de peinture et pratique la voile alors qu’il poursuit ses études de gestion. Sa carrière le mène dans différentes régions de France où il expose dans des salons locaux. Officier du Service de Santé des Armées, il prend sa retraite en 1997. Installé à Cherbourg, fasciné par les éclairages rencontrés au cours de ses navigations, il se consacre aux paysages marins diurnes et nocturnes. « Dans mes voyages, c’est lorsque la nuit tombe que commence une forme d’intimité avec la mer. L’obscurité en fait surgir une autre dimension de la lumière. Comme une peinture, la mer restitue la lumière qui lui est transmise ; elle restitue également l’esprit de l’observateur, à la fois angoissante et apaisante. La nuit lui apporte une dimension fantastique : ici un vaste oiseau de mer couvre les lumières de la ville ;là , un esprit marin regarde le ressac de la houle océane ;le plateau rocheux de Bréhat ne se donne - t- il pas des allures de paysage lunaire ? Le plus beau voyage que nous offre la mer est l’imagination. » Mais au-delà des longs quarts nocturnes de ses navigations, il contemple aussi l’obscurantisme d’un monde qui a muté sa spiritualité créatrice (le chemin d’emaüss) en violence, en intolérance (France année 0).il dénonce l’autisme idéologique (l’autisme) qui peut aller jusqu’à la justification de l’injustifiable (l’infamie). Qui nous autorise à croire qu’on peut juger celui ou celle qui est devant nous (l’ombre) ?qu’elle image donne-t-il de lui-même ce monde occidental donneur de leçons et de fausses valeurs (le pot doré) .A la culture de la vie est en train de se substituer la culture de la mort ; Mort de l’âme et de l’esprit (l’assassinat de Gavroche) par la montée du communautarisme et du fanatisme.